Ecopop se trompe totalement et je réfute le lien fait entre ce projet nationaliste et les mouvements se réclamant de l'écologie politique.

Thomas Malthus, économiste britannique, développa en son temps une analyse économique incluant les questions démographiques. Il soutient que, contrairement aux ressources qui ne croissent que linéairement, la population, elle, augmente de façon exponentielle. Ainsi, selon lui, les guerres et les épidémies ne jouant plus leur rôle de régulateurs démographiques, il convient de trouver de nouveaux moyens pour contenir l'augmentation de la population.

À priori, la théorie malthusienne peut paraître cohérente : plus nombreux nous sommes, plus nous aurons besoin de ressources, limitées en nombre. Cependant, Malthus n'a pas tout prévu dans son analyse économique « pessimiste » : la productivité a augmenté, de nouvelles ressources ont été découvertes (charbon, pétrole) et de nouveaux moyens d'échanges ont été créés.

Ainsi, en terme de pauvreté, les prévisions de Malthus ne se vérifient pas non plus. La population est passée de 2 milliards d'habitants en 1960 à 6 milliards à l'aube de l'an 2000 alors que dans le même temps la proportion de personnes souffrant de malnutrition est passé de 66% à 14% (2 milliards en 1960, 800 millions en 2000).

Mais, vous allez me dire, pourquoi citer Malthus alors que l'histoire lui a donné tort ?
Car ses théories de limitation de l'accroissement de la population ont été officiellement appliquées dans certains pays d'Asie, comme la Chine ou le Viêt Nam. Ces essais continuent d'être décriés suite, entre autres, à leur impact négatif sur l'évolution de la proportion de femmes et d'hommes.

Malthus et sa théorie de maîtrise de la croissance démographique rencontrent aussi un certain écho et sont portées en Suisse par l'association Ecopop depuis une trentaine d'années. Cette association porte les questions de démographie depuis les échecs des brunes initiatives Schwarzenbach. Leurs idées sont sur le devant de la scène suite au dépôt, en novembre 2012, de l'initiative « Halte à la surpopulation- oui à la préservation durable des ressources naturelles », prochainement soumise au vote populaire.

Cette initiative défend deux mesures censées préserver les ressources naturelles. La première, dans le but de limiter l'accroissement de la population, stipule que le solde migratoire annuel ne doit plus dépasser 0.2%. Cela équivaut à diviser par cinq le nombre de personnes venant s'installer en Suisse chaque année, en passant d'environ 70'000 à 15'000 personnes.

Cette mesure prétend protéger les ressources naturelles sans toutefois oser s'attaquer au vrai problème : notre impact sur l'environnement par tête d'habitant bien trop élevé. Si chaque habitant de la Terre consommait comme un suisse moyen, il nous faudrait 3 planètes pour subvenir à nos besoins globaux. Il est question de mode de vie et de politique publique, et non d'immigration.

Si ils sont sincères, les initiants devraient aller au bout de leur raisonnement et oser demander la réduction par deux de la population présente dans notre pays. On voit bien le non-sens de leur approche qui pourtant souligne des problématiques sérieuses.

La deuxième mesure veut financer, à travers la coopération internationale, des programmes de planification familiale. Cette mesure, comme la première d'ailleurs, me choque profondément. Les initiants nous font croire que le manque de ressources serait de la responsabilité des habitants des pays du Sud et de leur démographie trop importante alors que l'impact écologique moyen y est bien plus faible qu'en Suisse.

De plus, étant actif dans la coopération internationale depuis quelques années, je peux vous dire qu'Ecopop se trompe en liant de la sorte démographie et pauvreté. Au contraire, l'accès aux soins, à l'éducation et à un minimum de confort a tendance à faire baisser le taux de fécondité.

Bref, la planification familiale n'a rien d'une solution et le budget de la coopération doit être efficacement utilisé, dans les domaines de l'éducation, de la santé ou de soutien à des projets de petites entreprises.

Selon l'association Ecopop, la solution serait simplement de limiter drastiquement l'immigration en Suisse et de contrôler la natalité des pays du Sud. Sans toucher mot des réformes nécessaires en matière d'aménagement du territoire, au niveau de la fiscalité, des milliers de nouvelles villas individuelles construites chaque année, de l'agriculture ou encore de notre consommation d'énergie encore bien trop élevée. Ces problématiques nécessitent des politiques globales et volontaristes auxquelles les Verts s'attellent depuis 30 ans. Il est bien sûr plus simple de poser un chiffre sur l'immigration et de faire croire que ces problèmes en seraient résolus.

Pour finir, les initiants veulent nous faire croire que leur initiative est une solution écologiste à la problématique des ressources et de notre impact sur l'environnement. Ils se trompent totalement et je réfute le lien fait entre ce projet nationaliste et les mouvements se réclamant de l'écologie politique.

Historiquement, le mouvement écologiste a toujours été à la pointe de l'engagement pour la solidarité internationale et il trouve en partie son origine dans les mouvements anti-impérialistes de par le monde. Contre la guerre du Vietnam, l'invasion en Afghanistan, la répression à Pékin, la solidarité avec les peuples en lutte ou encore l'engagement pour les droits des réfugiés.

Au niveau suisse, nous nous engageons avec force pour une Suisse ouverte et solidaire, dans les parlements et dans la rue. Pour une Suisse qui ne scinde pas des familles en limitant leur regroupement. Celle qui ne menace pas les droits fondamentaux des centaines de milliers de concitoyens sans passeport à croix blanche. Celle qui se remémore les années Schwarzenbach et fera tout pour empêcher le retour de statut de saisonnier. Celle qui, enfin, reconnait la contribution essentielle et historique des immigrés au bien-être commun, à la qualité de vie et au vivre-ensemble.

Hélas, cette Suisse là est de plus en plus menacée et elle se voit, une nouvelle fois, attaquée. Il est de notre responsabilité, nous écologistes, de nous engager pour que ce projet brunâtre qui mêle malthusianisme et politique néocoloniale soit balayé démocratiquement !

4 Kommentare


Diskutieren Sie mit!

Bei Politnetz legen wir Wert auf einen konstruktiven Austausch. Bitte bleiben Sie beim Thema und respektieren Sie andere Personen. Lesen Sie unsere Diskussionsregeln.


Mehr zum Thema «Umwelt»

zurück zum Seitenanfang
  • Copyright © Politnetz AG 2009–2017
  • Impressum
Release: production