Burqa : ne perdons pas la tête

Heureux pays que la Suisse. Son destin monétaire et économique se décide, sans elle, dans des plans d’actions destinés à sauver l’euro. Un volcan islandais ruine en quelques mois l’impact des mesures de lutte contre le CO2 prises depuis vingt ans en Europe. La Chine devient, grâce à l’endettement croissant des Etats occidentaux, propriétaire du monde.

Mais en Suisse, bien sûr, nous sommes à l’abri de tout cela. Grâce, sans doute, à notre département militaire, qui nous a annoncé le 7 mai avoir développé des chaussettes militaires « d’un nouveau type qui réduisent la formation d’ampoules. » Avec les militaires les mieux chaussés du monde, nous avons donc le loisir de nous occuper de sujets autrement plus important. Comme le débat sur l’interdiction de la burqa.

Ce débat tombe fort à propos pour détourner l’attention du public des problèmes de notre pays et de notre économie. Pour l’UDC, impliquée jusqu’au cou dans la gestion d’UBS à l’ère Ospel, débattre de la burqa permet donc de masquer les positions rocambolesques de son chef stratégique, positions qu’il défend aux côtés de son nouvel ami Christian Levrat, sur l’initiative Minder ou sur l’accord Suisse-USA concernant les données des clients américains d’UBS. Pour l’UDC, qui préside aux destins de notre armée depuis une décennie et demie, c’est l’occasion de faire oublier que la Grande Muette, si elle a de belles chaussettes, n’est aujourd’hui plus en mesure de protéger notre espace aérien.

Quant à Eveline Widmer-Schlumpf, c’est l’occasion de ne plus parler de ces accords de réadmission qui ne fonctionnent pas, de l’hémorragie de cadres dans son département, et de l’effroyable cacade des jours-amende dont on attend avec exaspération qu’elle y mette un terme.

Alors, comme le matador qui agite son drap rouge derrière lequel il cache ses banderilles, l’UDC et le PBD orchestrent un débat factice sur la burqa. Sachant qu’ils sont les premiers à tirer profit de leur apparente opposition, ils mettent en scène leurs conflits au sein même du Conseil fédéral. L’UDC Ueli Maurer, qui était déjà opposé à l’interdiction des minarets, s’oppose maintenant (dans le SonntagsBlick ) à l’interdiction du voile intégral. Sa collègue Eveline Widmer-Schlumpf, dont Ueli Maurer avait organisé avec acharnement l’exclusion de l’UDC, veut le contraire. Hypnotisés, comme le naïf bovin à la Plaza de toros, les médias foncent. Le peuple, lui, aveuglé par le sable, applaudit. Olé, olé, olé.

Finissons-en. Car il est vrai que l’immense majorité des Suisses, quelle que soit leur religion, ne veulent pas d’une société où les femmes sont contraintes de marcher voilées de la tête aux pieds. Ils ne veulent pas d’une société qui mépriserait la laïcité, l’égalité des sexes, la mixité. Une majorité, probablement un peu moins nette hélas, rejetterait aussi un code pénal fondé sur les sanctions corporelles. Il en va de même pour les musulmans qui ont choisi de vivre en Suisse, à l’exception de quelques illuminés fraîchement convertis, qui comptent d’ailleurs moins d’adeptes que les scientologues, les raéliens ou, en son temps, l’Ordre du temple solaire.

A l’évidence, et ce n’est pas une affaire de religion mais de sécurité publique, nous devons pouvoir interdire le port de vêtements qui masquent totalement la personne. C’est le cas de la burqa, mais c’est surtout le cas des cagoules des black-blocks. Il faut donc permettre à la police d’exiger d’un individu, lorsque la sécurité l’exige, qu’il se dévoile. Mais une interdiction complète n’est pas souhaitable, à moins de penser que les cliques de nos carnavals soient de dangereuses organisations terroristes qu’il convient de dénuder au plus vie.

Pour ce qui est des vêtements religieux, en des temps autrement plus troublés, Genève avait trouvé une solution qui pourrait inspirer la Suisse. Depuis le 3 septembre 1875, la loi sur le culte extérieur y garantit, dans un canton multiconfessionnel, une certaine paix religieuse. Son énoncé est simple, j’y ajoute quelques commentaires en italique.
Art. 1 :Toute célébration de culte, procession ou cérémonie religieuse quelconque est interdite sur la voie publique. ( Cela suffit à interdire le chant du muezzin, ce qui devrait rassurer ceux qui ont interdit les minarets ).
Art. 2 : Est excepté de cette interdiction le service divin prescrit, pour les troupes, par les autorités militaires. ( On pourrait ajouter à cette exception les manifestations relevant de la tradition de chaque région, comme les Fête Dieu des cantons catholiques ).
Art. 3 : Le port de tout costume ecclésiastique ou appartenant à un ordre religieux est interdit sur la voie publique à toute personne ayant un domicile dans le canton. ( Cela a le mérite de ne pas toucher les touristes, dont nous devons tolérer les traditions ).
Art. 4 : Les contrevenants seront punis de l'amende.
Art. 5 : Sont passibles des mêmes peines, les auteurs et complices de désordres, d'excitations au mépris des lois ou des autorités, ainsi qu'à la haine entre citoyens, résultant de la célébration d'un culte public dans une propriété privée (S ont donc punissables les prêcheurs appelant à la haine ou à la guerre ).
Art. 6
Sont abrogées toutes les dispositions des lois et règlements contraires à la présente loi.

0 Kommentare


Diskutieren Sie mit!

Bei Politnetz legen wir Wert auf einen konstruktiven Austausch. Bitte bleiben Sie beim Thema und respektieren Sie andere Personen. Lesen Sie unsere Diskussionsregeln.


Mehr zum Thema «Gesellschaft»

zurück zum Seitenanfang
  • Copyright © Politnetz AG 2009–2017
  • Impressum
Release: production