Swissness: Il faut transformer l'essai!

Il est des votes extrêmement serrés qui n'en constituent pas moins de réjouissantes victoires: par 22 voix contre 21, le Conseil des Etats a décidé de soutenir un Swissness fort et crédible non seulement dans le domaine des denrées alimentaires, mais également dans celui des produits industriels.

Après plusieurs mois de discussions pour savoir si le taux de «suissitude» pour les produits industriels devait être fixé à 50% ou à 60%, la Chambre des cantons a opté pour la variante la plus ambitieuse, comme le Conseil national. Pour atteindre ces 60%, les entreprises pourront inclure dans leurs calculs les coûts de recherche et développement, ce qui donne un signal fort en faveur des entreprises qui font l'effort de maintenir des places de travail en Suisse.

Concernant les denrées alimentaires, le taux de 80% permettra de tenir compte des attentes des consommateurs et de favoriser la production indigène. Comme pour les produits industriels, les modes de calcul seront suffisamment souples: les matières premières qui ne sont pas disponibles en Suisse, ou en quantité insuffisante, ne seront pas ou que très partiellement prises en compte pour le calcul des 80%. Aucune crainte à avoir, donc, pour celles et ceux qui ont besoin de cacao pour régaler nos papilles! Avec un taux de 100%, le lait constituera la seule exception, sans que cela constitue un problème eu égard aux grandes quantités de lait présentes sur le marché helvétique.

La marque suisse est un important facteur de valeur ajoutée, et nous pouvons être fiers que de nombreuses entreprises, de par leur production de qualité, fassent connaître notre pays à travers le monde. Mais si nous voulons que nos clients, en Suisse ou à l'étranger, continuent à apprécier nos produits, nous devons tout faire pour que les entreprises, qui souhaitent se prévaloir du label suisse, soient astreintes à un haut standard de qualité. Pour l'industrie horlogère notamment, les décisions prises constituent une reconnaissance fondamentale pour combattre une concurrence qui veut utiliser la croix suisse sans avoir à en payer le prix.

Le 21 juin, les Chambres fédérales devront voter le texte définitif tel qu'il ressort des délibérations. Si le Conseil national et le Conseil des Etats ont su se mettre d'accord après plusieurs mois de débats, il ne reste plus qu'à espérer que le vote final permette au Parlement de transformer l'essai. Pour le bien des entreprises et des consommateurs et pour la défense de la qualité suisse!

0 Kommentare


Diskutieren Sie mit!

Bei Politnetz legen wir Wert auf einen konstruktiven Austausch. Bitte bleiben Sie beim Thema und respektieren Sie andere Personen. Lesen Sie unsere Diskussionsregeln.


Mehr zum Thema «Wirtschaft»

zurück zum Seitenanfang
  • Copyright © Politnetz AG 2009–2017
  • Impressum
Release: production