Un bouc émissaire bien commode

Comme beaucoup de parlementaires, je suis agacée par la tournure que prend le débat sur l’accord bancaire avec les Etats-Unis. Mais ce n’est pas tant le manque d’informations sur cet accord qui me choque que le traitement réservé à notre ministre des finances dans cette affaire.

On s’était habitué à la violence de l’UDC à l’égard d’Evelyne Widmer Schlumpf, exclue du parti pour lui avoir «usurpé» un siège de conseiller fédéral. Mais que les appels à la démission proviennent d’autres partis et se fassent avec une telle virulence, voilà qui est nouveau. Des voix de plus en plus nombreuses la rendent responsable de l’actuel bourbier financier, alors que l’origine du problème remonte au moins à son prédécesseur Hans-Rudolf Merz. Tout le monde - banquiers y compris - reconnaît d’ailleurs que le bras de fer actuel avec l’Oncle Sam vient du manque total d’anticipation et d’initiative de la Suisse, qui affaiblissent grandement son pouvoir de négociation.

En tant que membre de la commission de gestion, je peux assurer qu’Evelyne Widmer Schlumpf a fait son travail. Femme de conviction, elle s’est énormément engagée et a fait du mieux qu’elle a pu vu les conditions difficiles dont elle a hérité. Pourtant, je constate qu’un véritable procès d’intention lui est fait : sa décision de soumettre l’accord bancaire au parlement découlerait d’un pur souci électoraliste et viserait notamment à se mettre le PS dans la poche. Rappelons donc au passage que l’accord pour régler le différend entre une quinzaine de banques cantonales et la justice américaine résulte d’une décision de l’ensemble du collège, et non de la ministre PBD uniquement.

Et même si la manœuvre était avérée, elle serait vouée à l’échec : les socialistes rejetteront l’accord bancaire à cause de leurs convictions. Des banques ont été prises la main dans le sac par le fisc américain ? Mais qu’elles assument leurs responsabilités et délivrent elles-mêmes les données que leur réclament les Etats-Unis. Ensuite, elles seront jugées en Suisse pour les infractions qu’elles ont commises. Pour les conflits passés, cet accord est donc inutile, et pour les conflits à venir entre banques suisses et fisc américain, il ne résout rien. Soit dit en passant, je trouve cocasse que la droite qui a toujours voulu limiter l’action de l’Etat en prêchant la responsabilité individuelle, retourne soudain sa veste pour voler au secours des banques.

Si la Suisse n’anticipe pas suffisamment, c’est parce que les différents partis de droite qui ont la majorité au parlement sont incapables de se défaire de leurs œillères idéologiques. Dans ce contexte, plutôt que de se remettre en question et travailler au compromis, il est beaucoup plus confortable de désigner un bouc émissaire, responsable de tous les maux. Evelyne Widmer Schlumpf arrive donc à point nommé pour masquer toutes les insuffisances de cette politique de droite.

Ceux qui l’attaquent sont non seulement lâches, ils sont aussi incohérents : la ministre grisonne n’est pas tombée de la lune, mais a été élue par le parlement. Un parlement qui pour rappel à l’époque se plaisait à souligner son parcours sans faute, et en particulier toutes ses réussites en matière fiscale. Que ça leur plaise ou non, les parlementaires sont donc coresponsables des décisions de la ministre. Tout comme le peuple, qui élit les électeurs et électrices des ministres et semble d’ailleurs approuver la politique menée par la droite. Ce n’est qu’avec cette conscience d’être liés dans une même communauté de destin que nous apprendrons de nos erreurs et ferons avancer le pays.

Au fond, si l’échange automatique des données pour stopper l’évasion ou la fraude fiscale avait été accepté il y a 20 ans déjà comme le recommandait le PS, nous n’en serions pas là. D’autre part, si la Suisse souffre d’isolement face à une grande puissance comme les Etats-Unis, c’est parce qu’elle l’a voulu (et là le peuple a voté) en refusant d’adhérer à l’EEE en 1992. Le « dimanche noir » de Delamuraz a un écho tout particulier dans la crise actuelle : nous payons aujourd’hui les pots cassés à l’époque.

0 Kommentare


Diskutieren Sie mit!

Bei Politnetz legen wir Wert auf einen konstruktiven Austausch. Bitte bleiben Sie beim Thema und respektieren Sie andere Personen. Lesen Sie unsere Diskussionsregeln.


Mehr zum Thema «USA»

zurück zum Seitenanfang